Une journée. Qui dure jusque tard dans la soirée... Une robe. Immaculée. La robe. La seule et unique. Celle de vos rêves d’enfant, de petite fille, de jeune fille. Votre robe de mariée, le jour de votre mariage . Avec ces simples mots, nous nous envolons vers un univers magique. Pourquoi ? La robe de mariée est le symbole de la solennité du mariage. Toute resplendissante, la mariée est auréolée d’un mystère. La mariée est attendue. Oh combien attendue et désirée. Est-elle arrivée ? Où est la mariée ? J’aimerais l’apercevoir, juste la saisir d’un regard, voir qui elle est, son émotion, ses expressions, sa robe, sa coiffure, ses fleurs, sa joie, son sourire, ses larmes, son avancée vers le dais nuptial…

Le mariage, union sacrée... 

La mariée est le cœur de l’émotion du mariage. Elle va être célébrée. Pour sa dignité et sa pureté. Elle va être sanctifiée toute entière corps et âme. Pour son Homme. Qui l’a attendue tant et tant. Oui vous l’aurez compris, la magie de l’instant ce sont ces sentiments d’attente, de languissement, de désir, de mouvement de la femme vers l’homme et inversement, depuis leur première rencontre jusqu’à parvenir à ce jour. Toutes ces semaines égrenées à patienter, à rêver, à se projeter, à entrevoir le moment merveilleux. Ces mois écoulés à se préparer. De la tête aux pieds. Tous les détails. Les accessoires. Les tenues. Le décor. La musique. La maison future. Les meubles et la vaisselle. Les sucreries. Son petit coin pour elle et lui. Avec cet engouement omniprésent, cette voix intérieure qui les transporte tout le temps : "Comment cela sera avec lui ? avec elle ? J'aimerais déjà y être… je lui dirai tel mot doux… je me sentirai ravissante dans cette tenue… et ce sera…".

Préparatifs et attentes. Tels sont les deux éléments qui sont scellés avec le mariage. La frénésie des courses et le désir ardent de l’un vers l’autre dansent dans la salle. Quelle satisfaction d’y être, après avoir gravi monts et collines, accompagnés de sa famille. Le bonheur de vivre ce temps hors du temps, où sous les yeux des témoins et au rythme des bénédictions, la femme et l’homme sont unis. Pour la vie. Grandiose. Le reste leur appartient... Seraient- ils pour autant voués au sempiternel "Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants" ?

Phrase frustrante. Qui met fin à une formidable aventure de passion et de romance. Aux obstacles et aux épreuves surmontés pour vivre le mariage et le grand amour.

Mais ça ne nous dit pas la suite. Ne nous laisse pas observer le quotidien de ce couple heureux. Les suivre dans leur destin. Ouvrir une fenêtre sur leurs réussites et leurs difficultés. Mais voilà, c’est difficile. Vivre ou conter (récits, romans, films) le cheminement vers la rencontre et toutes ses péripéties c’est passionnant mais ensuite, une fois qu’ils sont, là, tous les deux, ensemble, c'est juste différent. Que s’est-il passé ? Le fait d’être porté, d’être poussé, d’être attiré vers quelque chose ou quelqu’un, fait vibrer l’être humain. Cela le propulse, lui permet de décupler ses capacités, d’espérer. C’est un objectif à atteindre en quelque sorte, un but. Une fois à destination, cette flamme ardente qui brûlait, et vivait, tend à faiblir puis à s’éteindre. Maintenir un constant mouvement, un perpétuel renouveau, un éternel recommencement serait donc le secret de la magie. Entretenir à l’intérieur de soi une volonté de parvenir à un événement, atteindre un idéal, accéder à un lien avec une personne.

Comme au premier jour...

Alors conservez intacte dans votre cœur votre robe de mariée !!! Cette journée de mariage dure pour l’éternité !! Du moment où chaque fois vous percevez l’arrivée de votre cycle, vous êtes la fiancée. Et vous allez vous marier !! Débute la période de préparatifs dans l’attente. Comme pour votre mariage, vous allez être attentive à la moindre chose, vous apprêter, vous embellir, prendre soin de vous. C’est fastidieux. Peut-être. Mais vous vivez à nouveau le "yearning" (en anglais) qui renvoie à l’aspiration profonde de la femme. Elle est complètement envahie par l'émotion des retrouvailles, et elle est comme dans sa robe blanche oh combien attendue. C'est toute la féminité. Se sentir désirée. Et c’est l’essence du Mikvé !!! 

Non ce n’est pas une coutume antique visant à permettre la femme à son mari. Ce n’est pas la "soirée de l’homme" qui attend tel un "pacha" la femme partie se tremper. Que de non-sens et d'incompréhensions. C’est la soirée de la FEMME. Sa fête. La reconnaissance de son existence, et surtout l’affirmation de sa grandeur. Elle est celle dont le corps est tellement beau et raffiné qu’il est astreint à toute une purification, elle est attendue. Par son Homme. Soyez pleines de cette assurance. Débordez de confiance en vue du jour J !

Ne vous méprenez pas, vous serez à un moment ou un autre, assaillie de doutes, en proie à la colère ou au découragement. Mais telle la fiancée qui n’a qu’une hâte, enfiler sa belle robe blanche, vous aussi, la jeune femme, voyez loin. Et jouez la perfection. Comme le jour de votre mariage. L’ambiance de votre chambre, la nouvelle dentelle, les chandelles, la petite pâtisserie. Et la gestion des enfants. Primordial. Le choix du Mikvé. La disponibilité des balanites. Coûte que coûte à votre écoute. Elles se doivent de vous permettre de vivre un moment de détente, de soin, de féminité.

Ne lésinez sur rien. Avez-vous vu une mariée rechigner en s’avançant vers la 'Houpa ?!! Ridicule n'est-ce pas... Autant que ne pas s’estimer en vue de la soirée de noces. Vous vous devez de tout peaufiner afin d’être la Reine. Pour le plus grand bonheur de Monsieur. Vous exigerez s’il le faut certaines concessions de sa part, vous irez jusqu’au bout de vos attentes pour contribuer à la splendeur du mariage. En robe de mariée. Oui, sans le faste et le public de la première fois. Mais dans l’intimité de votre vie. Et qui dit intimité dit intensité. Votre lien puissant avec votre époux.

Citons le Maharal de Prague dans son livre Netivot 'Olam : "Il est connu que celui qui lutte, qui poursuit, qui se bat pour atteindre quelque chose, c’est un attachement absolu, bien plus fort que celui qui en est déjà proche, car celui qui est dans le mouvement n’est pas avec la chose (ou la personne) et va vers elle et c'est donc un attachement et un lien absolu". Telle est la femme. Jamais totalement, entièrement, unilatéralement avec son Homme. Comme le disait le Grand Rabbin Sitruk "la fusion ne doit pas être la confusion". Comblée par lui, mais tout de même un être différent, en vis-à-vis de lui. Dans l’attente patiente de la reconnaissance de sa place et sa valeur. Portée vers lui. Toujours. Ainsi, avec endurance et tolérance elle construit à travers ce rythme d’ attente/ rencontre une forteresse où nul ne pourra pénétrer.

Et de même avec la Torah. La femme n’a pas reçu l’injonction de l’étude à proprement parler des textes de la Torah. "Les femmes apprennent le judaïsme, les hommes la Torah", nous a enseigné Rabbi Miller au séminaire de Gateshead. Les fondements, l’essence, la beauté de la Torah et sa sagesse nous apprenons. Le domaine de l’étude ne nous a pas été donné. Justement en cela, les femmes ont un lien beaucoup plus fort avec la Torah, car elles sont tout le temps en route, en chemin, avec l’aspiration pour leurs maris et leurs garçons. Et de toutes époques, ce sont elles qui ont été inspirantes et ont imprégné les générations de leur amour de notre héritage. Les femmes sont celles qui allument la flamme des hommes, qui au-delà d’être attirés par elles, le sont en vérité de la flamme de la Torah qui les anime.

Que vos mariages soient à jamais pleins de joies !

Que vos cœurs battent pour la Torah de D.ieu, afin d’être des femmes attachantes...