Pessa’h approche, la pression monte et la guerre contre le ‘Hamets bat son plein… Au beau milieu des seaux et des plumiers, il va s’agir pour les deux membres du couple – dont les nerfs sont mis à rude épreuve – de conserver des rapports pacifiques. Voici les 10 commandements du mari à respecter absolument en veille de Pessa’h !

Pessa’h approche à grands pas, la pression monte à la vitesse du son et le ‘Hamets a depuis longtemps été déclaré persona non grata chez nous. Au beau milieu des seaux, des plumiers et des sacs de vêtements à donner, il faut dire que plus d’un couple y a laissé des plumes. Mais si votre époux est du style à faire preuve de bonne volonté pour tenter de conserver des rapports amicaux avec vous en cette période à haut risque, nous vous proposons de lui faire lire les 10 sacro-saints commandements du mari à respecter absolument en veille de Pessa’h !

A toi cher mari,

1. Tu ne demanderas point avec insistance, jour après jour, semaine après semaine, si tu peux traverser le salon mouillé avec tes chaussures. Oui, il faut attendre. Non, même en longeant les murs ça n’est pas possible.

2. Tu ne tariras pas d’éloges et manifesteras ton enthousiasme par des onomatopées répétées à la lecture du compte-rendu quotidien des réalisations pessa’hiques de la journée. Si ton épouse pousse l’audace jusqu’à te montrer les lieux nettoyés, saute et danse en poussant des cris de joie.

3. Tu oublieras ta piètre orthographe le temps d’une saison et veilleras à laisser des petits papiers éparpillés dans la maison où tu exprimeras ta reconnaissance et ta joie de posséder une femme si ordonnée et une maison si propre. Essaye d’avoir l’air sincère.

4. Tu n’enverras pas ta femme faire le moindre achat alimentaire sans une photocopie (en couleurs de préférence) claire des tampons de Cacheroute acceptables à tes yeux. La quantité de rayonnement électromagnétique résultant des appels répétés de ton épouse depuis le supermarché risquerait de présenter un risque pour ta santé.

5. Tu n’es pas forcé d’aller au jardin avec les enfants. Non, tu peux sinon proposer ton aide dans une gamme variée de domaines : nettoyer le four, trier les jouets des petits ou, à la rigueur, faire la queue à la pizzeria en compagnie des autres maris du quartier pour apaiser la faim des enfants.

6. Ne t’offusque surtout pas si tu surprends ton épouse passer après toi sur quelque chose que tu as déjà nettoyé. Qu’elle le fasse par des remarques verbales ou un chiffon mouillé à la main, comprends que les hommes et les femmes n’évoluent pas au même niveau de la stratosphère du ménage.

7. Tempère ton enthousiasme et évite de raconter à qui veut l’entendre (ta mère, ta sœur, ta ‘Havrouta) que ta maison est presque entièrement Cachère pour Pessa’h. Cela aura pour effet de stresser ta femme et risque de donner envie à tes interlocuteurs de passer chez vous le Chabbath avant Pessa’h, ce qui n’était certainement pas l’objectif recherché.

8. Réprime ton envie irrésistible de discourir sur le fait que la santé est bien plus importante que le ménage de Pessa’h. C’est mauvais pour la santé de vous tous.

9. Même si tu as par moments l’impression d’être le sacrifice pascal, essaie de te raisonner. Rien n’est dirigé contre toi. Ton épouse essaie juste d’accomplir la Halakha de la manière la plus rigoureuse qui soit.

10. N’oublie pas d’accomplir la Mitsva d’acheter un cadeau à ta femme en l’honneur de la fête. Ci-après une liste non exhaustive des articles à ne surtout pas acheter : aspirateur, balai télescopique, kit de produits d’entretien, etc.