La Guemara dit que pour être sauvé des souffrances précédant la venue du Machia'h, il faut s'occuper de Torah et de guemilout hassadim (bonté). En quoi cela nous concerne-t-il, à nous les femmes ? L'obligation de s'investir dans l'étude de la Torah n'incombe-t-elle pas plutôt aux hommes ?