Le moment tantôt redouté, tantôt si impatiemment attendu est arrivé. Le mois d’Eloul cogne à nos portes et nous implore de l’accueillir à bras ouverts, afin de nous faire sortir de notre torpeur et faire Téchouva (se repentir). Discutons quelque peu de l’intensité et de l’importance de ce mois, afin d’en comprendre pleinement son sens, et tentons d’en faire ressortir l’aspect féminin qui le caractérise.

D’abord, expliquons le rôle de cette période. Au mois d’Eloul, l’on affirme que le Roi est dans les champs. Il est sorti de Son palais, et est accessible à tout un chacun. Le plus anodin des paysans peut aller Le consulter. Hachem est accessible et à l’écoute de toutes nos supplications, à une bien plus grande échelle qu’à n’importe quel autre moment de l’année. En effet, le Rav Shimshon Pinkus stipule que le mois d’Eloul possède à lui seul un pouvoir spirituel équivalent à tous les autres mois de l’année ! Par surcroît, le Zohar Hakadoch nous révèle même qu’Hachem s’enveloppe de Son Talith et que Lui-même prie pour nous. La prière et la proximité envers Hachem constituent donc les points centraux de ce mois si particulier. Quelle occasion extraordinaire pour se remettre en question, faire une introspection de soi approfondie et corriger les points faibles de notre ‘Avodat Hachem !

Ensuite, selon la Torah, le Mazal ou le signe astrologique du mois d’Eloul est la vierge. Le Rav David Touitou affirme que, tout comme une vierge est pure et n’a connu aucun homme, cette période nous permet de nous faire pardonner de toutes nos ‘Avérot, et de redevenir comme un disque vierge ; intact, pur et servir Hachem avec une fervente dévotion. Le statut de vierge est presque tout le temps attribué à la femme, ce qui confère, en quelque sorte, un premier caractère féminin à ce mois.

Le second caractère féminin du mois d’Eloul repose, tel qu’énoncé, sur la prière et le travail sur soi. La prière n’est bien sûr pas expressément une pratique réservée qu’à la femme, mais c’est certainement elle qui s’y est emparée et qui en a fait sienne. De par sa disposition spirituelle bien plus avancée que l’homme, la prière de la femme est très élevée et a la capacité de percer les cieux. Le travail sur soi et l’annulation devant Hachem dont la femme fait preuve constituent un second aspect féminin qui caractérise le mois d’Eloul. En effet, la femme semble d’emblée bien plus humble et modeste que l’homme. Sa nature est plus propice à la ‘Avodat Hachem, car, sans faire de généralité, elle possède un égo bien plus inférieur que l’homme. Il est évident d’affirmer que l’égo représente la plus grande entrave à notre relation avec Hachem et avec son prochain. Toutes ces raisons font en sorte que le mois d’Eloul possède un caractère essentiellement féminin, et extrêmement propice à la Téchouva, à la croissance spirituelle et à un épanouissement sans borne.

Puissions-nous absorber l’essence féminine du mois d’Eloul et l’intégrer, ainsi que jouir pleinement de cette opportunité qu’Hachem nous offre si gracieusement. Que nous soyons tous inscrits dans le livre de la vie, Amen !