Voici une histoire sommes toute amusante, mais de laquelle nous allons pouvoir, avec l’aide d’Hachem, tirer tout notre programme de renforcement en Eloul…

Peut-être étiez-vous en vacances en famille, et vos enfants ont fait de nouvelles rencontres avec qui ils ont partagé des moments merveilleux de jeux et d’insouciance.

Le moment difficile est celui de la séparation, où, si les échanges d’adresses se font, en étant sûr et certain, oui oui, sûr et certain, que ces amitiés tout juste naissantes vont durer bien longtemps, les au-revoir sont tristes, voire pathétiques !

C’est pourquoi, lorsque Rina vit revenir de loin ses petits trésors de 6 et 8 ans avec une joie non contenue, elle fut très surprise de ne pas voir les visages renfrognés qu’elle attendait après ce qui devait être des fatidiques au-revoir. Elle était pourtant loin d’imaginer ce qu’elle allait entendre…

- Maman, maman, tu sais, que les Cohen ont acheté un lapin pour les vacances ?

- Euh… oui…, répond maman, qui commence à avoir peur de ce qui va lui arriver… 

- Eh ben, tu devineras jamais quoi ?, continue Yossi, de plus en plus excité. Mme Cohen a dit que c’est complètement immmmmpossible de le ramener chez eux, et que si t’es d’accord, ils nous l’offrent !! Oui maman, ils nous l’offrent, graaaaaaaaatuitement, t’as vu comme elle est gentille Mme Cohen, une Tsadékèt !!

Le petit Elie se tient à côté, laissant parler son grand frère, tout en gesticulant comme pour ponctuer chacun de ces mots en leur donnant un poids, encore plus lourd que les 100 kilos qui venaient de tomber sur Rina.

- Mes chéris, dit maman en prenant une profonde inspiration, je suis bien d’accord que Mme Cohen est une grande Ba’alat ‘Hessed, elle est vraiment gentille, et je n’ai aucun mal à comprendre que vous vouliez accepter sa très généreuse offre…

- Oui, oui, alors t’es d’accord ??, reprennent nos deux lurons en cœur.

- Mais, comment ramener un lapin… et puis, qui va s’en occuper, lui donner à manger, nettoyer sa cage ??

- Nous, nous !, crient-ils en bondissant de tous côtés

- Je te prooomets, dit Elie, que tous les jours j’irai chercher la nourriture et je ferai tout ce qu’il faut pour qu’il ait bien à manger… Tu sais, on lui a donné un nouveau nom en chemin, Pinou, on l’a appelé, Pinou, ça te plait ??

- Oui mes chéris, c’est très mignon, Pinou, mais pour autant, c’est impossible d’accep…

Yossi coupe la parole en s’exclamant :

- Et moi je laverai la cage, Mme Cohen m’a déjà tout expliqué, tu verras, t’auras rien à faire…

- Les enfants, est-ce que je dois vous rappeler que vous aviez aussi promis que pour le poisson rouge, j’aurais rien à faire, et qu’après m’en être occupé un mois entier, vous vous êtes enfin décidé à laver son bocal, et là…. Vous l’avez mis dans de l’eau bien trop chaude…

Est-ce que je dois vous rappeler que le chat qui ne devait jaaamais rentrer dans la maison, a posé ses griffes sur tous les fauteuils du salon qui en ont gardé des traces indélébiles, 

Est-ce que je dois vous rappeler que la tortue aussi…

- Maman, maman, mais nous avons changé, je te dis. Mme Cohen nous a tout expliqué, c’est facile, et ils nous donnent même la cage. Si tu veux, je retourne les voir et j’écris tout, tout, tout, je rentre au CE2, je suis grand.
Maman, je t’en supplie, on s’est vraiment dit en chemin, qu’on allait te faire plaisir, faire tout ce que tu nous diras, et que vraiment, cette fois-ci, t’auras pas à t’inquiéter.

Et ils reprennent en cœur : “Oooooh ! On t’en supplie, s’il te plaît maman !”

Maman regarde ses petits amours, si gentils, si sincères, prêts à tout, pour recevoir l’approbation tant attendue.

Elle pense alors : « Nous entrons dans le mois d’Eloul, moi aussi je vais promettre à Hachem de m’améliorer. Moi aussi j’ai promis des choses l’année dernière que je n’ai pas réussi à tenir, et pourtant, je vais Lui demander une année de Brakha, de bénédictions pour toute la famille, la santé, la subsistance facile et abondante, le Chalom dans ma maison, et tant d’autres choses encore, et j’espère qu’Hachem, dans Sa grande miséricorde, me l’accordera. 

Je vais lui promettre de changer, je vais prendre de vrais engagements, exactement comme mes deux petits trésors viennent de le faire. Et comme eux, je finirai ma prière en disant : “Oooooh ! S’il te plait Hachem !”. »

Maman reste pensive, ses petits continuent de parler, crier, gesticuler… Elle ne les entend plus… Puis, comme sortant de son rêve, elle leur dit : « Allez vite chercher Pinou, nous devons rentrer à la maison, un programme bien chargé nous attend. »

*********

Combien nous pouvons nous inspirer de cette histoire en ces jours qui précédent Roch Hachana ! Essayons d’évoquer quelques points.

Un cœur sincère

Nous avons souvent honte de nous présenter devant Hachem avec un bilan somme toute mitigé de l’année qui vient de s’écouler. Mais Hachem nous demande seulement d’être purs et entiers, tout comme ces enfants, qui, bien que conscients de leurs fautes passées, mais aussi déterminés à s’améliorer, ne pensent qu’à attendrir le cœur de leur maman.

Soyons convaincus qu’Hachem attend d’être « attendri », si l’on peut s’exprimer ainsi, par la sincérité de notre cœur. Dans son immense Ra’hmanout, Sa miséricorde infinie, Il nous donne tellement de choses que nous ne méritons pas.

Redisons-le, l’essentiel est la pureté et la sincérité de notre cœur, au moment où l’on pense ne plus fauter.

Comme le dit le ’Hazon Ich en quelques mots si puissants : Hachem aime le ’Hizouk, même d’un seul instant…

Une confiance à toute épreuve

Hachem veut qu'on Le supplie, à l’instar de ces enfants, simplement parce qu'ils n’ont aucun doute que, de leur maman, ils peuvent tout obtenir.

Nous devons implorer Hachem, en étant CONVAINCU qu'Il peut TOUT.

Le prophète ’Habakouk a condensé les 613 Mitsvot en une seule : « Tsadik Béémounato Yi’hié » « Le Tsadik vit par sa Emouna, sa confiance, et sa foi en Hachem ».

Rav Steinman zatsal explique que, bien entendu, ’Habakouk n’a pas supprimé, à D.ieu ne plaise, les autres Mitsvot, mais la qualité de leur réalisation peut être plus ou moins grande.
En revanche, en ce qui concerne la Mitsva de la Emouna, la foi en Hachem, on se doit d’être à 100%. C'est-à-dire que nous devons avoir la conviction profonde qu’Il dirige le monde dans ses moindres détails : Hachem peut tout, partout, tout le temps.
C’est cette Emouna parfaite qui donne la puissance à notre Téfila, à notre prière. Et ce sont nos prières qui nous permettent d’accéder aux plus grandes réalisations…

‘Ayin Tova - Un bon œil

Réalisons, tout comme la maman de notre histoire, combien Hakadoch Baroukh Hou est bon et miséricordieux avec nous. 

Lorsque, dans la prière de Tachlikh que nous lisons à Roch Hachana, nous évoquons les 13 Middot de Ra’hamim, les attributs de miséricorde d’Hachem, c’est dans le but de nous en inspirer : Hachem est miséricordieux, compatissant, lent à la colère, prodigue en bonté…

L’œil bienveillant est celui qui va nous permettre d’être compréhensifs et indulgents dans nos jugements.

C’est l’œil bienveillant de la maman qui lui a permis de faire confiance à ses enfants, que cette fois-ci, ils tiendraient leurs engagements !

Le Méiri explique qu’Hachem nous juge exactement comme nous jugeons autrui.
En étant cléments dans notre jugement, nous attirerons sur nous la clémence d’Hachem.

Un cœur sincère, une Emouna parfaite, et un œil bienveillant… quel merveilleux programme d’Eloul pour se préparer à Roch Hachana, et être, avec l’aide d’Hachem, gratifiée d’une Chana Tova Oumétouka.