Le Rav Na’houm Diamant raconte dans son livre Zakhou une de ses expériences. Un matin, je reçois un appel téléphonique : ”il faut que je vous parle urgemment !”. “Vous pouvez venir maintenant, je suis libre", ai-je répondu. Puis-je venir avec ma femme ?”. “Bien sûr !”. Ils sont arrivés, le mari s'est mis à parler : ”depuis hier matin je ne suis plus moi-même, j'ai découvert avec certitude que je déteste mon fils ! Je ne peux pas vivre avec cette découverte, j'ai toujours essayé de repousser cette idée mais là, tout est clair! Je suis sûr de cette réalité, et je ne l'accepte pas !! Aidez-moi !!! Et sa femme prend la parole et ajoute : ”Je le comprends, moi je ne le déteste pas mais il est très difficile d'aimer un enfant pareil !”. Détester son enfant ?! Est-il possible d'arriver à cela ?

Il faut croire que oui. Mais, il faut savoir que le sentiment d'amour envers nos enfants existe en nous. Il faut seulement le réveiller. Il y a une appartenance profonde entre parents et enfants qui ne pourra jamais être annulée, par rien au monde ! Il faut juste faire attention de ne pas la laisser se noyer. Se noyer dans une mer de remarques, de critiques, de mauvais regards, de menaces, de punitions. Nous devons prendre conscience que le besoin d'amour chez l'enfant est un besoin vital. De la même manière qu'on ne peut vivre sans oxygène, ou qu’une plante ne peut pousser sans eau, un enfant ne peut se développer sans amour.

Et de quel amour parle-t-on ? D'un amour inconditionnel, un amour qui est dirigé vers l'enfant-même, et pas vers son comportement.

Un comportement négatif ne reflète pas une essence négative. L'intériorité de l'enfant est positive, pure, il a été créé à l'image d’Hachem. C’est Hachem Lui-même qui nous enseigne ce qu'est l'amour inconditionnel. C'est justement quand les enfants d'Israël étaient enfouis dans 49 degrés d'impureté en Égypte qu’il les a choisis en tant que peuple élu. Il a dit à Moché Rabbénou : ”Va dire à Pharaon : mon fils aîné, Israël”. Chacun de nous est unique aux yeux d'Hachem ! Chacun de nous a une connexion entière avec Hachem ! (Maharal). Hachem se réjouit de chacun de nous comme un papa le jour de la naissance de son fils, comme le dit si bien le roi David : ”L’Eternel m'a dit : tu es mon fils, c'est Moi qui aujourd'hui t'ai engendré !" (Téhilim, 2,7).

Un parent qui aime son enfant dans toutes circonstances, construit chez lui cette Emouna, qui lui donnera la force de passer toutes les épreuves. Même quand il traversera des difficultés, il interprétera cela comme un message d'amour et pas comme de la haine. C'est pour cela que nous devons en tant que parents faire très attention à ne pas conditionner l'amour envers nos enfants (“si tu te comportes bien, je t'aime, je t'accepte. Si tu te comportes mal, je ne t'accepte plus !”). L'enfant doit toujours sentir qu'il appartient à la famille, quel que soit son comportement, sa façon de s'habiller, ou le chemin qu'il a décidé d'emprunter.

Voici quelques conseils, qui nous aideront à donner à nos enfants cet amour sans conditions :

- Acceptons nos enfants tels qu'ils sont, faisons l'effort de nous adapter au caractère de chacun et n'attendons pas qu'ils changent par rapport à nos volontés.

- Concentrons-nous sur le positif de l'enfant.

- En aucun cas, ne comparons nos enfants à leurs frères et sœurs. Une remarque comme : ”regarde ton frère comme il est sérieux ! Depuis tout à l'heure il fait ses devoirs, il ne s'est pas levé une fois” n'a rien de constructif, au contraire cela ne fera que endommager son image de lui-même.

- Croyons en l'immense valeur de l'enfant, c'est une partie d’Hachem !

Comment montrer à nos enfants qu'on les aime pour qu'ils parviennent à le ressentir ?

- Dire des mots d'amour, les mots créent une réalité ! Dire : ”je t'aime”, c'est très court mais très puissant !

- Leur raconter une histoire, jouer avec eux (maman descend à mon niveau, elle m’accorde du temps, elle veut me faire plaisir).

- Embrasser son enfant, le serrer dans les bras. Cela fait passer de l'énergie positive et un message de sécurité.

- Écouter son enfant même quand on n'est pas d'accord avec lui (maman respecte mes pensées, mes sentiments, elle me comprend !).

- Acheter un petit cadeau de temps en temps (maman pense à moi même quand elle est loin de moi !)

Il y a 3 moments dans la journée où il est indispensable de donner de l'amour à son enfant :

- Avant qu'il aille dormir.

- Le matin avant d'aller à l'école.

- À son retour de l'école.

En tant que parents, nous avons le devoir de donner à nos enfants les forces et les ustensiles d'affronter la vie et de se réaliser. Un enfant qu'on a aimé malgré ses défauts s’habituera à poser un regard positif sur lui-même. Cet enfant saura aimer son prochain puisqu’il a reçu de l'amour, il comblera sa femme et ses enfants ! Cet enfant n'aura pas peur de s'engager, de choisir de nouveaux chemins ou de prendre des décisions parce qu'il ne craindra pas d'échouer. En effet, ses parents l'ont toujours accepté, même après l'échec.

Le Rav Dessler dit dans son livre “Mikhtav miElyahou” que le don emmène à l'amour. Donnons à nos enfants ce qu'ils ont besoin de recevoir. C'est le secret de la réussite, et pour les enfants, et pour les parents, puisque la plus grande joie pour nous est de voir nos enfants grandir ! 

Chabbath Chalom à toutes !