170 soldats du bataillon d’infanterie religieux de l’armée israélienne Netsa’h Yéhouda ont prêté serment vendredi 15 mai, masqués, en entonnant « Ani Ma’amin », l’un des treize articles de Foi du Rambam sur la confiance en la venue du Machia’h.

Une prestation de serment saisissante. Ces 170 soldats ont pris les armes au sein du bataillon religieux Netsa’h Yéhouda (appelé aussi Na’hal ‘Haredi), en chantant « Ani Ma’amin », «  Je crois ». Il s’agit de l’un des treize principes de Foi institués par le Rambam (Maïmonide), que nous avons coutume de lire à la fin de la prière du matin de Cha’harit.

Ce douzième article, que les soldats chantent ici dans un vaste espace en plein air et pas au Kotel comme le veut l'habitude militaire en raison de la pandémie de Coronavirus Covid-19, indique que « je crois d’une Foi parfaite que le Machia’h viendra et, bien qu’il tarde à venir, je crois en sa venue ».

Quelle que soit la situation de notre vie, perfectionnons notre Emouna dans toutes nos épreuves : ces « Lions de Yéhouda » appliquent parfaitement la Mitsva de croire et d’attendre le Machia’h. Ayons bien à l’esprit que la question de l’intensité de notre attente (aboutissant à des faits concrets) de la Guéoula – la Délivrance finale – nous sera posé lors de notre Jugement après 120 ans (Talmud traité Chabbath 31 a).

Voir la vidéo Télécharger la vidéo