Dans la paracha « Toledot », Ya'akov avinou prend les bénédictions de 'Essav. Rivka Iménou, qui apprend par prophétie que 'Essav veut tuer Ya'akov, ordonne à celui-ci de s'enfuir chez son frère Lavane : "Lève toi, va dans le territoire d'Aram, dans la demeure de Bathuel, père de ta mère; et choisis toi là une femme parmi les filles de Laban, le frère de ta mère." (Béréchit 28, 2)

Rivka avait vu par prophétie que 'Essav et Ya'akov mourraient le même jour. Ils étaient nés le même jour et mourraient le même jour. Effectivement, lorsque 'Essav vit qu'ils s'apprêtaient à enterrer Ya'akov avinou dans la Mé'arat Hama'hpéla, il commença à s'opposer et à argumenter avec les tribus. 'Houchime le fils de Dan se leva, saisit un bâton et décapita 'Essav. La tête de 'Essav fut enterrée à l'intérieur de la Mé'arat Hama'hpéla, le même jour où Ya'akov avinou fut enterré.

Rivka ordonna à Ya'akov de fuir. "Ya'akov sortit de Béer Chéva et se dirigea vers 'Harane" (Béréchit 28, 10). Ya'akov avinou quitta la maison de son père et prit la route. Nos sages racontent que la nuit, voulant dormir, Ya'akov avinou rassembla des pierres et érigea autour de lui une muraille. Pourquoi ? Nos sages expliquent que Ya'akov avinou craignait les bêtes sauvages.

Une question très difficile se pose ici. Les grands tsadikim n'avaient pas peur des bêtes sauvages. Celles-ci nuisent à celui qui faute mais aucun mal n'arrive à quiconque est tsadik et 'hassid. Tous connaissent l'histoire de Rabbi 'Hanina ben Dossa et du serpent. Un serpent venimeux s'installa une fois à l'endroit où vivait Rabbi 'Hanina. Quiconque s'en approchait, le serpent lui faisait du mal. Les gens allèrent trouver Rabbi 'Hanina et lui en firent part. Rabbi 'Hanina ben Dossa leur demanda de le conduire là où se trouvait le serpent. Rabbi 'Hanina ben Dossa introduisit son pied dans le terrier du serpent qui accourut immédiatement pour le mordre. Rabbi 'Hanina l'écrasa et le serpent mourut. Rabbi 'Hanina ben Dossa sortit le serpent de son trou. La guemara rapporte : tous disaient : "Malheur à l'homme qui a rencontré ce serpent car celui-ci va le tuer. Mais malheur également au serpent qui a rencontré Rabbi 'Hanina ben Dossa." Aucun animal ne faisait de mal aux grands tsadikim.

L'on raconte qu'une fois, peu de temps avant chabbat, le Or Ha'hayim hakadoch ne savait pas comment arriver en ville. Un lion passait par là. Le Or Ha'hayim s'assit sur lui et le lion l'amena rapidement à destination. Les grands tsadikim dominaient les animaux et non l'inverse.

Voir la vidéo Télécharger la vidéo


Comment donc comprendre notre épisode ? Il s'agit ici de Ya'akov avinou, l'apogée des avot, saint des saints, à propos duquel le verset dit (Mi'ha 7, 20) : "Tu témoigneras la vérité à Ya'akov, la bonté à Avraham." Ya'akov avinou est cité ici en premier : "Donne la vérité à Ya'akov". Comment se fait-il que Ya'akov avinou ait peur et place autour de lui des pierres afin que les bêtes sauvages ne lui fassent pas de mal ? Qui donc peut nuire à Ya'akov avinou ? Il combattit des anges. L'ange de 'Essav fut incapable de le vaincre. Et des bêtes sauvages lui feraient du mal !? Comment comprendre cela ?

Nous avons pensé expliquer de la manière suivante et rapporter un grand fondement. Beaucoup trébuchent sur une faute extrêmement grave : le serment vain. Quiconque prononce un serment vain se rend coupable d'une très grande faute. Les gens discutent affaires et se disputent, ils se mettent à jurer afin qu'on les croie. Or, comment peut-on jurer ? Comment peut-on sortir de sa bouche un serment ? C'est extrêmement grave de jurer. Les gens pensent que c'est bénin, ils jurent et prononcent le nom de D., sans même réfléchir. Le nom de D. est fréquent dans leur bouche : au marché, ils crient, prononcent le nom de D., jurent, se disputent, maudissent. C'est extrêmement grave. C'est formellement interdit de prononcer le nom de D.

Quiconque prononce le nom de D. en vain se rend coupable d'une très grande faute. Et pour les séfaradim, c'est encore plus grave. Il y a une discussion entre le Rema et le Beth Yossef si prononcer le nom de D. relève d'un interdit de la Torah ou d'un interdit rabbinique. Les séfaradim pensent que c'est de la Torah et les achkénazim que c'est rabbinique. Par exemple, à souccot, les femmes ashkénazes prononcent la bénédiction sur le loulav et l'ethrog. Les femmes séfarades ne le font pas. Pourquoi ? De crainte qu'elles ne prononcent le nom de D. en vain. Les séfarades doivent se montrer davantage pointilleux de ne pas prononcer le nom de D. en vain.

Les gens jurent, prononcent des vœux, des serments, des anathèmes et disent le nom de D. en vain. L'homme doit faire très attention : la punition de celui qui jure pour rien est très grande.

Les choses deviennent à présent plus claires. La michna dans Avot (5, 9) dit : " Les bêtes féroces ravagent la terre." Quand les bêtes sauvages viennent-elles sur terre ? La michna répond : "lorsque les hommes parjurent et profanent le nom de Dieu." Lorsque les hommes jurent en vain, alors des animaux sauvages ravagent la terre.

L'on peut à présent expliquer. Ya'akov avinou vendit à 'Essav le droit d'aînesse contre un plat de lentilles et 'Essav, à la demande de Ya'akov, lui prêta serment. Cependant, quelque temps après, 'Essav nia le serment et voulut le rompre. Il n'était pas prêt à accomplir ce qu'il avait promis. La Torah écrit : "Un serment solennel interviendra entre les parties" (Chémot 22, 10). Que signifie ce verset ? Prenons le cas de deux personnes, l'une jure à l'autre. La seconde ne jure pas, seule la première jure. Cependant, si la première rompt le serment, la seconde se trouve également coupable et sera également punie.

C'est la raison pour laquelle Ya'akov avinou eut peur. Ya'akov avinou savait que 'Essav avait rompu le serment par lequel il lui avait vendu le droit d'aînesse. Il dit alors : "Les bêtes féroces viennent sur terre à cause des serments vains." 'Essav a juré en vain ; je suis associé au serment." Quelle est la punition d'un serment vain ? Des bêtes féroces viennent au monde. C'est pourquoi, Ya'akov eut peur des bêtes féroces et plaça autour de lui des pierres afin de se protéger.

L'homme doit faire attention de toutes ses forces de ne pas jurer pour rien, de ne pas prononcer de serment. L'homme doit veiller à sa bouche ; les paroles qu'il prononce peuvent causer des dommages énormes. Les gens ne savent pas comment voir la vie de manière authentique. Un jour, ils disent une chose et le lendemain, ils disent autre chose et veulent agir autrement.   

 

 
>> Appel : l'association Torah-Box prépare l'édition du premier livre en français du Tsadik, Rav Yochiahou Pinto. Ceux qui veulent participer à son financement et le dédier à la mémoire d'un proche, nous contacter par email : contact@torah-box.com ou par téléphone en France : 01.80.91.62.91)

Rav Yochiahou PINTO - © Torah-Box