A la fin de parachat Vayé'hi, nous voyons que Yaacov Avinou a choisi de bénir ses enfants lorsqu'il allait presque quitter ce monde. Les propos qu'il leur a adressés peuvent parfois sembler très difficiles, mais sont pourtant plus souhaitables qu'une berakha agréable. Pourquoi ? Et pourquoi Yaacov Avinou a-t-il béni ses enfants spécialement avant de mourir ? En quoi une berakha peut-elle réellement aider une personne à accomplir tout ce qu'Hachem attend d'elle ? Réponse à travers une histoire de la Guemara, et des propos du Gaone de Vilna.