Dans la paracha de Ki Tavo, la Torah énumère une série de kelalot (malédictions), et elle précise leur cause en disant notamment: "parce que tu n'as pas servi Hachem ton D.ieu avec joie". Nous voyons d'ici qu'il ne suffit pas de servir Hachem (même si cela est déjà bien), il faut Le servir bésim'ha (avec joie), sans se sentir en manque. La fin de la paracha rappelle aussi l'importance d'être  content de ce qu'Hachem nous donne, à travers la mitsva de bikourim (prémices). En quoi consistait cette mitsva ? En quoi était-elle liée à la joie ?