Au début de la paracha de Tsav, Hachem dit à Moché : "tsav eth Aharon véeth banav (ordonne à Aharon et à ses fils)". A propos du mot tsav employé ici, Rachi explique qu'il s'agit d'un lachone zirouz ; autrement dit, Moché devait ici avertir les Cohanim d'être zélés dans leur travail. Pourquoi fallait-il, ici spécialement, les prévenir d'être bien concentrés ? Que dit Rabbi Chim'on à ce propos ? En quoi ce commentaire rappelle-t-il l'importance de prendre soin des biens d'autrui ? Que disent les Ba'alé Hamoussar sur ce même commentaire, et en quoi l'explication qu'ils donnent montre l'importance de toujours préserver la pureté de nos pensées ?