Selon le Rambam, la faute de mé Mériva (dont la Torah nous parle dans parachat 'Houkat) a consisté pour Moché Rabbénou à se mettre en colère contre les Béné Israël. Au sujet de la colère, on pourrait se demander: est-elle forcément mauvaise ? Le fait de ne pas s'énerver n'est-il pas parfois une preuve d'insensibilité et d'indifférence (et donc aussi une attitude condamnable) ? Peut-on, par exemple, faire prendre conscience à un enfant de la gravité d'une bêtise qu'il aurait faite si on reste parfaitement serein ? Enfin, la Torah ne dit-elle pas elle-même parfois qu'à telle ou telle occasion, Hachem s'est mis en colère ? Par conséquent, quels seraient les dangers de la colère ? Réponse à ces questions à travers plusieurs commentaires, et notamment des propos du Messilat Yécharim.