Si on ne considère que les psoukim de la Torah relatifs à Bilam, celui-ci semble être tsadik ; mais lorsqu'on observe ces mêmes textes avec les commentaires des 'Hakhamim, on réalise qu'il s'agissait -en fait- d'un racha. Comment se fait-il alors que la Torah -à travers les mots qu'elle emploie au sujet de Bilam- nous laisse penser le contraire? Pourquoi le texte ne nous révèle-t-il pas clairement la vraie nature de ce racha ? C'est ce dont parle Rav Abergel au début de ce cours. Il rappelle -entre autres- l'importance de ne pas se fier aux apparences...