Dans la paracha de Ki Tavo, un étonnant passouk semble impliquer que le fait de dévier ne serait-ce qu'un peu de la Torah équivaut à faire de l'idolâtrie. Il nous permet cependant de mieux comprendre la nature du libre-arbitre de chaque Juif, et il rappelle l'importance de rechercher et de conserver un équilibre dans la vie...