La paracha de Ki Tavo énonce des berakhot (bénédictions), mais aussi des kelalot (malédictions). Ces dernières sont très dures, et le verset rapporte qu'elles viennent "parce que tu n'as pas servi Hachem avec joie". Qu'est-ce que cela signifie ? Est-il vraiment fondamental, lorsqu'on sert Hachem, de le faire avec joie ? Pourquoi ? Réponse à travers des propos du Ketav Sofer.