Sans vouloir me vanter, je pense exercer le plus magnifique des métiers au monde. Je suis sage-femme. Je suis l’humble servante du Maître du Monde ici-bas, pour L’aider à créer la vie.

J’ai vu naître des milliers de bébés, je sèche les larmes des mamans, je soulage leurs douleurs, je pleure avec elles, je les apaise et les rassure et, lorsque ce merveilleux moment arrive, lorsque ce tout petit rejoint le monde, lorsque le cri de ce tout petit être transperce nos cœurs par sa puissance, lorsqu’il est là, posé sur la poitrine de sa maman qui l’embrasse et l’étreint avec un visage rempli de larmes, mais surtout avec un amour indescriptible, lorsque le papa devient acteur et les yeux humides s’approche avec tendresse de son enfant pour la première fois, je suis là et, avec une émotion qui reste inchangée, je remercie le Roi de l’univers de me permettre de voir Sa bonté et Sa grandeur chaque jour, chaque minute.

Après 30 ans passés dans le même lieu de travail, on pourrait se lasser de sa mission, des tâches éternellement répétées. C’est probablement vrai pour tous les autres métiers, mais pas pour celui que je fais. Les naissances sont merveilleuses, elles sont bien plus que cela, elles sont magiques.

Je vois et accueille chaque femme qui arrive pour accoucher, comme si c’était la première. Je la chéris, et l’accompagne comme si c’était ma propre fille. Je comprends sa douleur, je ne cherche pas à la nier, et je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour rendre cette expérience, son expérience, unique et magnifique.

Chaque bébé qui naît est un cadeau du ciel. Il s’est développé à l’intérieur du ventre de sa maman, avec une telle précision, et le voilà qu’il sort 9 mois plus tard, parfait. Je m’émerveille à chaque fois devant ces tout petits paquets de douceur qui nous changent la vie. C’est impossible de retenir ses larmes, de ne ressentir aucune émotion devant une telle bonté d’Hachem.

Mais si chaque naissance et chaque bébé sont des merveilles à part entière, il existe une catégorie de bébés qui se distingue. Je les appelle les bébés-prières. Ce sont ces bébés qui arrivent après de longues années d’attente, après de lourds traitements difficiles et éprouvants, ce sont des bébés qui arrivent après la perte d’un autre enfant ou une fausse-couche, ce sont des bébés qui arrivent pour consoler une famille entière, ce sont des bébés qui arrivent trop tôt et qui ont besoin de soins quelques fois assez lourds avant d’atteindre le niveau de développement requis pour affronter le monde, ce sont des bébés-miracles qui arrivent contre toute attente.

Ces bébés ont, je vous assure, une lueur particulière, ils ont la lumière de l’espoir qui illumine leurs visages, nous pouvons lire sur chaque centimètre de leur peau, les prières qui ont été prononcées et les larmes qui ont été versées pour provoquer leur venue dans ce monde.

Ces bébés-prières font leur entrée dans la vie, portés par une gratitude infinie. Ils ne sont pas juste un magnifique bébé, ils sont une histoire, ils sont un message, leur visage angélique dit « merci », leurs yeux purs disent « gardez espoir », leurs mains, aussi douces qu’une caresse, disent « n’abandonnez jamais ».

Alors n’abandonnez jamais. Mamans actuelles ou en devenir, priez pour avoir un enfant, priez de toute votre âme, ne perdez jamais espoir. À Roch Hachana, la période où tout redevient possible, la période où tous les compteurs sont remis à zéro, où une page blanche s’ouvre devant nous, nous lisons les histoires de ‘Hanna, Sarah, et Rachel, trois femmes pieuses stériles, et qui, à force de prières et de larmes, ont donné naissance à de grands justes, le prophète Chmouel, Its’hak Avinou et le Juste Yossef. Ce n’est pas une coïncidence. Hachem est là, Hachem entend, rien n’est impossible pour Lui, Il tient votre bébé dans Ses bras et attend le moment propice pour vous l’offrir. Il ne tient qu’à vous de croire en Lui et en Son pouvoir de façon entière, priez comme s’il s’agissait de votre ultime espoir et solution.

Une dernière chose, un bébé-prière ne vient pas forcément après des épreuves. Même si vous êtes tombée enceinte un mois après votre mariage, priez quand même pour votre bébé, mettez en lui toutes ces forces, apprenez-lui la proximité avec l’Éternel, donnez-lui cette sainteté qui fera de lui un enfant spécial et lumineux, développez sa spiritualité et pétrissez sa Néchama (âme) au rythme de larmes et de prières.

Les bébés-prières sont des êtres spéciaux, uniquement grâce au fait qu’ils ont été conçus par des mamans-prières. Soyez une maman-prière, ouvrez votre bouche et votre cœur à chaque étape de votre vie et laissez entrer la lumière bénie du Boré ‘Olam jusqu’au sein de vos entrailles.

Témoignage adapté par Myriam H.