c Question au Rav : Comment gérer mon fils et mon nouveau mari ?

Comment gérer mon fils et mon nouveau mari ?

Rédigé le Mardi 19 Avril 2016
La question de Caroline Alisa G.

Chavou'a Tov Rav,

J'ai un dilemme par rapport à mon mari qui crée souvent des tensions entre nous, même si je suis consciente qu'il "prend" beaucoup sur lui car il sait que cela est difficile pour moi, car étant "partagée" entre l"équilibre de mon fils et mon Chalom Bayit.

Je suis divorcée du père de mon fils de 22 ans depuis de nombreuses années. Il a toujours vécu avec moi (complicité importante car il m'a toujours soutenue lors de moments difficiles), et, connaissant, l'instabilité de son père, mon fils n'a toujours été à l'aise qu'avec moi, il n'a pas été question qu'il vive ailleurs.

Je suis donc remariée depuis Baroukh Hachem bientôt 3 ans.

Mon fils a gardé certaines mauvaises habitudes, désordonné, un peu "perso", oublie souvent que l'on vit en communauté et que chacun doit faire des efforts (car notre appartement est en plus petit), il ne prend jamais d'initiatives (courses etc.), et a très peu d'attentions pour moi, voire pour mon nouveau couple, indépendamment qu'au niveau intimité. Pas évident.

Sachant que depuis 6 mois je suis en pré-ménopause (donc plus de Mikvé), donc tout cela réunit fait que c'est de plus en plus difficile à gérer pour moi entre mon mari et mon fils.

Par ailleurs plusieurs fois je fais de la morale et des remontrances à mon fils en privé, mais il oublie malheureusement vite.

Mon mari a cette intelligence 8 fois sur 10 de ne pas le mettre mal à l'aise, ni moi-même, mais les deux autres fois sont problématique, car mon mari souhaite souvent son départ.

Quelle attitude avoir dans ces moments là ?

La réponse de Rav Avraham TAIEB
Rav Avraham TAIEB
5698 réponses

Chalom Ouvrakha,

Cette situation n'est vraiment pas facile, mais dites-vous qu'elle est provisoire, car, si D.ieu veut, votre fils prendra bientôt son envole. Ceci dit, il est important de faire le maximum pour que votre fils ne quitte pas la maison avec une sensation d'avoir été abandonné et rejeté.

Si pendant toutes ces années où vous avez vécu seule avec votre fils vous ne lui avez jamais (ou rarement) fait les remontrances que vous lui faites depuis que votre nouveau mari vit avec vous, comprenez qu'il est injuste de lui demander de changer en deux ans une façon d'être et de vivre à laquelle il s'est habitué depuis de nombreuses années. Vous devez aussi expliquer cela à votre mari. Pour ne pas l'aborder par une approche conflictuelle, dites-lui que c'est le Rav qui vous a fait remarquer cela.

A 22 ans, l'âge de l'éducation est passé depuis bien longtemps, et la seule chose que vous pouvez faire pour aider votre fils à s'améliorer est de lui faire de beaux compliments à chaque fois qu'il aura une attitude à l'antithèse des défauts qui vous dérange. Cela demande de l'attention, mais aussi du "self-control" aux moments où vous êtes dérangée par les défauts de votre fils.

Ayez l'intention d'aider votre fils, car lorsqu'il se mariera, si D.ieu veut, ces défauts pourraient lui causer du tort. N'utilisez pas cet argument pour le critiquer, car, encore une fois, à son âge, les critiques et les remontrances sont destructrices et risquent de lui faire perdre toute confiance en lui.

N'hésitez pas à lui demander des choses, comme aller faire les courses, mais faites-le progressivement, et, s'il refuse, ne rentrez pas dans le conflit. S'il accepte, remerciez-le, dites-lui "cela m'aide énormément", et ne lui faites pas des reproches derrière, du genre "pourquoi tu as acheté cette marque de petit pois ?!", si vous faites cela, vous allez le décourager et le conforter dans une position et une identité d'égoïste individualiste.

Le plus important, priez régulièrement Hachem pour qu'Il fasse réussir votre démarche, et pour que votre mari accepte de coopérer.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham TAIEB