Logo Torah-Box

Je n'arrive pas à sortir ce garçon de ma tête

Rédigé le Mardi 23 Décembre 2014
La question de Anonyme

Cher Rav,

Je suis une jeune femme de bientôt 26 ans, et je fréquente quelqu'un depuis quelques mois, sauf que depuis un mois je sais qu'il ne désire pas se marier maintenant mais attendre la fin de ses études dans 3 ans.

On s'est quitté et j'ai fait d'autres rencontres sans succès, j'avais toujours en tête ce garçon avec qui j'ai repris contact.

Je sais que ça ne sert à rien d'espérer quelque chose avec lui puisqu'il ne changera pas d'avis.

Comment l'oublier et passer à autre chose ?

Je prie Hachem, je sais qu'Il entend mes prières, mais je suis "pressée", et c'est aussi dû au fait que génétiquement j'aurai (je pense) une ménopause précoce vers mes 35 ans (comme ma grand-mère, ma mère...), et que le temps passe à une vitesse incroyable, et je stresse aussi sur ça.

Je suis joyeuse, mais arrivée le soir, je change complètement de visage...

La réponse de Rav Mordehai BITTON
Rav Mordehai BITTON
1491 réponses

Chalom,

Hachem a un autre garçon pour toi. Celui-là n'était pas le bon et c'est pour cela que vos chemins se sont séparés.

Comment le sais-je ?

Parce qu'après quelques mois de fréquentation assidue, il est encore capable de te faire attendre.

Combien de mal devra-t-il te faire pour que tu le considères pour ce qu'il est, c'est a dire...

A part cela, cette relation ne fera qu'entretenir une névrose de victimisation.

Donc, oublie ce type qui n'est là, à partir d'aujourd’hui hui, que pour te faire du mal.

Si tu suis ce conseil, tes prières monteront plus vite car tu te sentiras vraiment seule et tu crieras plus fort que tu veux un mari.

Hatsla'ha.

Habayit Hayéhoudi : l'échange ou l'art du partage

Habayit Hayéhoudi : l'échange ou l'art du partage

Ouvrage de référence sur le Chalom Bayit approuvé par le Rav Chlomo Wolbe. Traduit en plusieurs langues, il a permis à des milliers de personnes de connaître le bonheur conjugal.

acheter ce livre télécharger sur iTunes

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Mordehai BITTON