c Question au Rav : La secrétaire de mon mari ne s'habille pas correctement !

La secrétaire de mon mari ne s'habille pas correctement !

Rédigé le Dimanche 7 Avril 2019
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Mon mari travaille avec une jeune femme juive de 30 ans qui n’est pas mariée, c’est sa secrétaire.

Le bureau n’est pas fermé, il y a des vitres transparentes, les portes sont ouvertes à l’accès et à la vue de tous les autres collègues.

Ce qui m’embête, c'est que cette jeune femme n’est pas habillée Tsni'out et je suis venue au bureau de mon mari plusieurs fois en été l’année dernière, et elle n’avait vraiment pas une tenue décente (mini-jupe, débardeur à fines bretelles).

Mon mari me dit qu’il ne se voit pas aller lui faire une réflexion par rapport à sa tenue vestimentaire, ce que je peux comprendre, mais moi, ça me rend malade à l’idée de savoir que l’été approche et que mon mari sera amené à être toute la journée devant elle.

Je ne sais pas quoi faire !

Dois-je aller moi-même lui parler et lui dire de se rhabiller ?

Je suis dans une impasse et ça me crée énormément de problèmes de Chalom Bayit !

Que faire ?

La réponse de Rav Emmanuel BOUKOBZA
Rav Emmanuel BOUKOBZA
287 réponses

Chalom,

Votre préoccupation est parfaitement légitime. Il ressort de votre propos que votre mari est effectivement dans une situation d'épreuve à laquelle il doit impérativement mettre un terme. Il relève de sa responsabilité d'homme marié de ne pas être tenté en permanence par une jeune femme qui ne s'habille pas de manière conforme à la Halakha, d'autant plus qu'il a la possibilité de par sa position d'y remédier.

Je ne pense pas que le fait que vous alliez parler à cette jeune femme directement soit une bonne idée. Il est en effet écrit dans la Torah : "Tu réprimanderas ton prochain, et ne porteras pas de faute à cause de lui" (Vayikra 19,17). Cela signifie que la Mitsva de réprimander autrui lorsqu'il faute, doit être précédée d'un sentiment d'amour envers lui et doit être accomplie de la manière la plus douce et avec le maximum de diplomatie possible. Si vous ne vous sentez pas en mesure de répondre à ces conditions, mieux vaut ne rien dire plutôt que d'envenimer la situation, car il est certain que cette jeune femme n'acceptera alors pas vos remarques.

Par contre, il serait souhaitable que vous profitiez d'un moment de proximité avec votre époux pour lui faire part de ce qui vous préoccupe, car, de vos propos, il ressort qu'il n'a pas réellement saisi votre inquiétude. Si jusque là vos tentatives d'en parler n'ont pas été fructueuses, c'est assurément que votre ton n'a pas su éveiller sa compassion. C'est pourquoi, lors d'une prochaine conversation, ne l'accusez surtout pas, mais parlez-lui de vos sentiments et de votre détresse.

Tout homme aime savoir sa femme heureuse et épanouie auprès de lui ; si vous lui faites part de vos sentiments de manière douce, sans agressivité, il n'y restera pas insensible. Dites-lui que vous souffrez énormément de cette situation, car une femme a un besoin vital d'exclusivité ; que vous craignez pour la stabilité de votre couple et pour la Kédoucha (sainteté) de votre mari ; que cet état vous pèse et vous plonge dans une inquiétude constante etc. Vous pouvez ensuite ajouter, toujours sans agressivité, qu'en tant que supérieur, il est tout à fait en mesure d'exiger qu'un certain code vestimentaire soit respecté - d'ailleurs, rares sont les entreprises qui tolèrent que les employées se vêtent comme si elles allaient à la plage...

Si la communication ne passe vraiment pas, écrivez-lui une lettre dans le même esprit. Dites-lui combien vous l'aimez et combien vous tenez à votre couple etc.

Avant d'entreprendre la moindre démarche, tournez-vous vers Hachem et faites-Lui part de votre détresse ; dans un premier temps, remerciez-Le de vous avoir donné un mari que vous aimez et auquel vous tenez ; faites-Lui part de votre inquiétude par rapport à la situation de votre mari et demandez-Lui d'y remédier. Consacrez à cette prière entre cinq minutes et une demi-heure par jour.

Sachez que tout dépend de la prière ; si vous en êtes intimement convaincue et que vous priez en fonction, vous verrez des résultats qui vous étonneront. Sachez qu'il s'agit d'une épreuve dans laquelle Hachem vous a mise et qu'Il attend que vous vous tourniez vers Lui.  

Ces quelques conseils devraient suffire à régler la situation, mais si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à faire à nouveau appel à nous.

En vous souhaitant beaucoup de Hatsla'ha et une prière sincère.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel BOUKOBZA