Aujourd'hui à Paris
07:15 : Mise des Téfilines
08:24 : Lever du soleil
12:40 : Heure de milieu du jour
16:55 : Coucher du soleil
17:46 : Tombée de la nuit

Paracha Vayichla'h
Vendredi 4 Décembre 2020 à 16:36
Sortie du Chabbath à 17:49
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Lois de Tsni'out pour une non-juive

Rédigé le Mercredi 16 Septembre 2020
La question de Anonyme

Chalom Rav,

Les règles de pudeur vestimentaire pour une non-juive qui pratique les lois Noa'hides sont-elles les mêmes que pour une femme juive ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
23196 réponses

Bonjour,

Les règles de pudeur vestimentaire pour une non-juive respectant les lois Noa'hides sont différentes de celles que doit respecter une femme juive. Cependant, la femme non-juive aura tout à gagner en s'investissant de l'esprit véhiculé par les lois en question - pour son bien et pour le bien de son entourage.

Dans un article ayant pour titre : "Pourquoi je choisis de m'habiller avec pudeur", Mme Liora Eisenberg écrit :

"En tant que juive pratiquante moderne, j’apprécie et respecte les valeurs de ma religion tout en évoluant dans la société actuelle. Je ne m’habille pas comme une vieille fille, contrairement à ce qu’on croit. Je peux parfaitement être jolie et tendance avec mes jupes et mes vêtements amples. Je peux parfaitement être séduisante, mais non pas provocante. La pudeur n’est pas synonyme de laideur. C’est un code vestimentaire et comportemental qui prône le respect de soi. [...]

Quand je m’habille avec pudeur, les gens se conduisent différemment avec moi. Au lieu de m’inviter à des soirées disco, ils m’invitent à des dîners ou des conférences. Quand je m’habille avec pudeur, je me perçois différemment. Au lieu d’être assujettie aux diktats libertins de la société adolescente, je me sens libre de vivre selon mes propres valeurs et convictions religieuses. Le regard que mon entourage me porte change, et par la même, leur attitude envers moi.

Parce que les gens me connaissent comme « celle qui s’habille avec pudeur », je me sens dispensée de participer à certaines activités que je risquerais de regretter par la suite.

En réalité, c’est en couvrant mon corps que je me libère du regard et de l’imagination d’hommes dont je ne recherche pas la compagnie, ainsi que de modes vestimentaires de plus en plus débauchés [et pervers], lesquelles affichent souvent le corps humain de la manière la plus provocante possible. Lorsque je m'affranchis des chaînes d’un habillement aguichant et provocateur, j’apparais aux yeux des autres non pas comme une créature faite de formes ou de jambes, mais comme une personne dotée d’un esprit. Un esprit capable de vêtir son corps ou d’évoluer dans la société indépendamment de l’attention masculine ou des excentricités des créateurs de mode."

Chaque mot vaut son pesant d'or.

Vous êtes sensée, brillante et intelligente, il n’est pas nécessaire de commenter davantage.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN