Aujourd'hui à Paris
04:42 : Mise des Téfilines
06:06 : Lever du soleil
13:57 : Heure de milieu du jour
21:46 : Coucher du soleil
22:44 : Tombée de la nuit

Paracha Balak
Vendredi 19 Juillet 2019 à 21:27
Sortie du Chabbath à 22:46


Hiloulot du jour
Rav 'Haïm Ben Atar (Or Ha'hayim)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Servir sa femme Nidda

Rédigé le Dimanche 26 Mai 2019
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Un homme peut-il servir sa femme lorsque cette dernière est Nidda ?

Merci d'avance.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
15560 réponses

Bonjour,

1. Pour les Séfarades

Dans la majorité des communautés Séfarades, il n’est pas habituel d’adopter une attitude rigoureuse sauf pour le vin.

Voir Taharat Habayit, volume 2, chapitre 12, Halakha 34, Ben Ich ‘Haï, année 2, Parachat Tsav, Halakha 24, Darké Tahara [édition 5746], page 52, Afiké Mayim [édition 5774], chapitre 7, Halakha 32 et note 51, ‘Atéret Avot, volume 3 [édition 5775], page 213, Halakha 4.

2. Pour les Ashkénazes

Dans les communautés Ashkénazes, il est habituel d’adopter une attitude rigoureuse, que ce soit pour le vin, les autres boissons et tous les aliments MAIS pas pour l’eau. Voir Maré Cohen [édition 5756], page 72 et Otsrot Hatahara, chapitre 4, Halakha 90.

Ci-dessous, les détails pour les femmes. Ils sont identiques pour les hommes [Ashkénazes]. Voir ‘Hokhmat Adam, Klal 116, Halakha 10 et Maré Cohen [édition 5756], page 72 et Otsrot Hatahara, chapitre 4, Halakha 98.

A. La femme ne pose pas, sur la table, face à son mari, son assiette garnie ou un verre rempli,

B. En cas d’erreur ou d’oubli, les aliments sont permis à la consommation. Voir Otsrot Hatahara, chapitre 4, Halakha 100,

C. Si le mari n’est pas assis à sa place, il est permis à la femme d’y poser l’assiette garnie,

D. Il lui est permis de poser sur la table, face à son mari, une assiette vide si le mari se servira du plateau ou du récipient contenant le plat destiné à tous les membres de famille,

E. Il est permis de poser, sur la table, le plateau ou le récipient contenant le plat destiné à tous les membres de famille. Voir ‘Hokhmat Adam, Klal 116, Halakha 7 et Maré Cohen [édition 5756], page 73.

F. Si l’assiette n’est pas face au mari, mais sur le côté, il est permis à la femme d’y verser des aliments. Pour le vin, cela n’est pas permis tant que le mari voit l’action de la femme. Voir Otsrot Hatahara, chapitre 4, Halakha 92,

G. Il est permis à la femme de poser une assiette garnie sur la table, face à son mari, si c’est avec la main gauche. Pour une gauchère : avec la main droite,

H. Il est permis à la femme de poser une assiette garnie sur la table, mais en retrait et pas face au mari. Voir Otsrot Hatahara, chapitre 4, Halakha 99.

I. Un homme n’envoie pas un verre de vin à sa femme mais une femme peut envoyer un verre de vin à son mari. Voir Maré Cohen [édition 5756], page 74, Halakha 6 et Otsrot Hatahara, chapitre 4, Halakha 101.

J. Pour le Kiddouch : le mari pose le verre sur la table, proche de lui, et la femme le prend pour goûter le vin ou le jus de raisin. S’il y a des invités à table, le mari remplit plusieurs verres et la femme prendra l’un d’eux. Voir Maré Cohen [édition 5756], page 74, Halakha 5.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur