A l'occasion de Yom Haatsmaout, jour anniversaire de l'indépendance de l'état d'Israel, le Rav Ovadia Yossef s'était exprimé en 2009 à travers un message exceptionnel que l'équipe Torah-Box a traduit pour vous. Comprendre Yom Haatsmaout à travers la vision de la Torah :

Voir la vidéo Télécharger la vidéo


Extrait des propos :

Il faut toujours remercier Hachem. « Je veux chanter à Hachem car il me comble de bienfaits. »

Nous aussi, Baroukh Hachem, les gens disent : « fête de l’indépendance, fête de l’indépendance », ce n’est pas la fête de l’indépendance. Nous pensons à l’essentiel : avoir une souveraineté juive.

Qu’y avait-il ici en Israel à l’époque ? Les représentants du Mandat, des antisémites. Tout celui qui voulait venir en Erets Israël devait fournir un certificat, sans cela, impossible d’entrer. Il y avait de la corruption, toutes sortes de problèmes… Tout celui qui venait ici devait subir beaucoup de désagréments. Si l’Etat n’avait été fondé que pour permettre à tous les Juifs de venir, c’eût été suffisant.

Mais en réalité nous sommes plusieurs millions. Du temps du Mandat, avant la fondation de l’Etat, il y avait 650.000 habitants, dans tout Israël, 650.000. Et aujourd’hui, plus de 5 millions ! Est-ce une petite chose ? Nous prions Hachem qu’Il nous multiplie encore plus, que nous les membres du gouvernement craignent Hachem,  qu’ils soient tous des Tsadikim, aimant la Torah. C’est ce que pourquoi nous prions. Mais il est interdit de nier le miracle qu’Hachem nous a fait, Baroukh Hachem. Il a multiplié ses bienfaits envers nous. (Béréchit 16,10) : « Je multiplierai énormément ta descendance tellement qu’on ne pourra plus la compter.»

Que cela s’amplifie encore et encore, avec l’aide d’Hachem. Chaque Juif qui se trouve à l’étranger-veut-il venir ? Il est le bienvenu ! On lui ouvre toutes les portes. On ne lui dit pas : « amène un certificat, amène ceci, cela », il n’a rien besoin de fournir. Quand on le voit monter, c’est une bénédiction. Eh oui ! Est-ce une petite chose pour vous ?

Ce n’est pas une petite chose. Rappelons aussi certains éléments. Il n’y avait pas, du temps du Mandat, d’écoles religieuses pour garçons, pas d’écoles privées. Les écoles privées se comptent par dizaines de milliers. Les écoles religieuses se comptent par dizaines de milliers, tous étudiant exclusivement la Torah, cela n’existait pas auparavant.

Nous devons remercier Hachem, Baroukh Hachem qui nous donné la force d’agir, de propager la Torah, d’accomplir Les Mitsvot, les bonnes actions. Qu’Hachem fasse que cela s’amplifie encore et encore. Et qu’Il nous délivre, « qu’Il ramène les enfants dans leurs frontières ». Et que vienne notre juste Machia’h rapidement et de nos jours Amen.

© Torah-Box