Dans la paracha de Lekh Lékha, la Torah nous parle, pour la première fois en détails, d'une scène de chalom bayit. Celle-ci commence par la douleur de Sarah qui, au lieu d'être immensément reconnaissante à Sarah, qui avait accepté  qu'elle devienne aussi la femme de son propre mari Avraham, s'est mis à la mépriser, se croyant plus tsadéket qu'elle. À travers cette histoire, elle nous montre la gravité des non-dits.