Comme disait le Rav Rotemberg zatsal, lorsqu'on lit les parachioth de Béréchit et Noah (dans lesquelles la Torah nous parle de plusieurs générations qui se sont succédées sans accomplir la volonté d'Hachem), on constate le vide spirituel dans lequel le monde se trouvait. Un grand "froid" spirituel. La paracha de Lekh Lékha, en parlant d'Avraham Avinou, va apporter un peu de chaleur. Le premier sujet qu'elle aborde et celui de l'épreuve où Hachem a dit à Avraham de s'en aller, de quitter son pays. Ce mot "Lekh (vas)" n'est pas anodin, car il rappelle le fait que les tsadikim ont toujours une mission à accomplir; qu'ils sont constamment en progression...