Aujourd'hui à Paris
06:40 : Mise des Téfilines
07:42 : Lever du soleil
13:42 : Heure de milieu du jour
19:41 : Coucher du soleil
20:26 : Tombée de la nuit

Paracha Haazinou
Vendredi 25 Septembre 2020 à 19:23
Sortie du Chabbath à 20:26
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky

Ma fille de 4 ans ne veut pas s'habiller Tsniou't

Rédigé le Jeudi 23 Juillet 2020
La question de Avigaelle U.

Bonjour,

Ma fille a 4 ans. J'essaie de l'habituer dès maintenant à la Tsni'out (pudeur), mais elle me dit déjà que sa copine ne met pas de collant, que sa copine met un pantalon, met des manches courtes, etc.

Que répondre à une enfant de cet âge-là à ces questions ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
22250 réponses

Bonjour,

Dans l'éducation des enfants et, même, des plus grands, l'exemplarité de l'entourage tient une place d'honneur.

Si votre fille de 4 ans a des amies ignorant l'importance des lois de Tsni'out, il faudrait une intervention Divine surnaturelle afin qu'elle puisse saisir ce que vous attendez d'elle.

Vous avez bien compris, avec un entourage dans lequel se trouve votre fille, la réussite de son éducation relève quelque peu du miracle.

Il est vrai que la Tsni'out est la meilleure manière d'habiller une fille. Mais le Yétser Hara' [mauvais penchant] sait montrer le "charme" qu'il y a dans une tenue non conforme aux exigences de la Halakha.

Il faut bien faire comprendre à votre fille qu'elle doit suivre l’exemple de sa maman et non celui de ses amies, ignorant l'importance des Mitsvot.

Une maman [et un papa] doit [doivent] tout faire afin d'inspirer la plus grande admiration à leurs enfants pour que l'envie d’imiter le plus commun des mortels ne les envahissent pas.

Lisez ce qu'écrit le Rambam [Rambam, Hilkhot Déot, chapitre 6, Halakha 1-2] :

"Il est naturel d’être influencé, dans son caractère et sa conduite, par ses voisins et amis, et de suivre les habitudes des habitants de sa ville.

Aussi convient-il de s’associer aux justes, et de toujours fréquenter la compagnie des sages, afin d’apprendre de leur conduite, et de fuir les méchants qui marchent dans l’obscurité, afin de ne pas être influencé par leurs pratiques.

C’est ce que dit [le roi] Salomon : « Celui qui fraie avec les sages deviendra sage ; celui qui fréquente les sots deviendra mauvais ».

Il est dit [également] : « Heureux l’homme qui ne suit point les conseils des méchants, qui ne se tient pas dans la voie des pécheurs ».

Et de même, s’il vit dans un pays où les coutumes sont pernicieuses, et les habitants ne marchent pas dans le droit chemin, il doit quitter [cet endroit] pour un lieu où les gens sont justes, et suivent les chemins du bien. Et si tous les pays qu’il connaît personnellement ou dont il a ouï dire, suivent un mauvais chemin, comme à l’époque actuelle, ou si les campagnes militaires ou la maladie l’empêchent de se rendre dans un pays ayant une bonne conduite, il devra vivre dans la solitude, comme il est dit : « de s’asseoir solitaire en se résignant silencieusement ».

Et s’ils [les habitants de son pays] sont de mauvais pécheurs qui ne le laissent pas vivre dans le pays à moins qu’il se mêle à eux et adopte leur mauvaise conduite, il devra se retirer dans les cavernes, les buissons, ou les déserts, et ne pas suivre le chemin des pécheurs, comme il est dit : « Qui me transportera dans le désert, dans un refuge de voyageurs ».

Il est un commandement positif de s’attacher aux Sages et à leurs disciples, afin de prendre leur exemple, comme il est dit : « attache-toi à Lui ». Or, est-il possible à l’homme de s’attacher à la Présence Divine ?

Voici ce qu’ont dit les Sages, en explication de ce commandement : « Attache-toi aux sages et à leurs disciples ». C’est pourquoi, un homme doit faire effort pour épouser la fille d’un érudit, et marier sa fille avec un érudit, manger et boire avec les érudits, leur donner l’opportunité de faire des affaires [en gérant leur argent], et s’unir à eux de toutes les manières possibles. Voici ce qu’ont dit les sages : « assis-toi dans la poussière de leurs pieds, et bois avec avidité leurs paroles »."

Pour que la situation s'améliore, vous avez l'obligation de prier sans cesse - à chaudes larmes - afin qu'elle ne soit pas influencée par son entourage mais il est préférable, dans la mesure du possible de vous éloigner - ou de l'éloigner - d'une manière ou d'une autre, d'un entourage ignorant le bienfait des Mitsvot et la splendeur de la Tsniout -  comme mentionné dans le Rambam.

Voir Pirké Avot, chapitre 6, Michna 9.

Très important [également] !

Comme nous l'avons mentionné, précédemment, une maman [et un papa] doit [doivent] tout faire afin d'inspirer la plus grande admiration à leurs enfants pour que l'envie d’imiter le plus commun des mortels ne les envahissent pas et ne les mènent pas vers des horizons obscurs et indésirables.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Mékorot / Sources : Rambam, Pirké Avot.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN