c Question au Rav : Tâches ménagères & Chalom Bayit

Tâches ménagères & Chalom Bayit

Rédigé le Mardi 8 Novembre 2016
La question de Esther K.

Bonjour,

J'aimerais savoir pourquoi il est souvent considéré que les hommes ne fassent rien à la maison, au motif qu'ils s'occupent de la Parnassa ?

Aujourd'hui, une femme travaille souvent autant qu'un homme pour ramener la Parnassa, sans compter la suite qui l'attend : attendre un enfant, s'occuper des enfants etc.

Pourquoi l'homme n'aurait lui que la Parnassa, alors que la femme doit aussi travailler, puis rentrer pour préparer à manger et s'occuper de l'entretien de la maison ?

Quels sont les devoirs de chaque époux ? Cela est-il plus ou moins défini, ou cela n'est il juste qu'un équilibre à prévoir dans le couple pour maintenir le Chalom Bayit ?

Bien sûr, le Chalom Bayit est plus important que tout, mais sur le long terme, je me demande bien comment une femme peut réussir à tenir toutes les casquettes.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
27714 réponses

Bonjour,

Votre première question est :

« J'aimerais savoir pourquoi il est souvent considéré que les hommes ne fassent rien à la maison, au motif qu'ils s'occupent de la Parnassa ? »

Réponse :

Une telle conception du foyer juif n’est mentionnée dans aucun ouvrage basé sur les enseignements de notre sainte Torah.

Il suffit de lire votre Kétouba pour vous rendre compte que la femme est une reine et que l’homme est à son service.

Il y a des centaines d’endroits dans le Talmud, les Midrashim, et les écrits de nos maîtres à travers les siècles où il est mentionné explicitement que la femme est une "reine" et que le mari doit la "respecter plus que lui-même", "comme s'il s'agissait de l'un de ses propres membres".

Voir :

Talmud Yébamot 62b,

Talmud Baba Métsia 59a,

Introduction au Tour Even Haézer,

Rambam, Hilkhot Ichout, chapitre 15, Halakha 19.

Les hommes qui ne respectent pas leur femme et restent insensibles face à leur souffrance sont qualifiés de Récha’ïm par nos Sages et par tous nos maîtres.

S’ils ne font pas Téchouva, ils perdront leur part dans le monde futur, et, dans ce monde, ils ne connaîtront pas de bonheur.

Votre seconde question est :

« Aujourd'hui, une femme travaille souvent autant qu'un homme pour ramener la Parnassa, sans compter la suite qui l'attend : attendre un enfant, s'occuper des enfants etc. Pourquoi l'homme n'aurait lui que la Parnassa, alors que la femme doit aussi travailler, puis rentrer pour préparer à manger et s'occuper de l'entretien de la maison ? »

Réponse :

Dans un couple, chacun doit aider l’autre à remplir ses tâches.

Pour des détails supplémentaires, lisez la réponse à la question qui précède et à celle qui suit.

Votre troisième question est :

« Quels sont les devoirs de chaque époux ? Cela est-il plus ou moins défini, ou cela n'est il juste qu'un équilibre à prévoir dans le couple pour maintenir le Chalom Bayit ? »

Réponse :

Le premier devoir d’un mari est d’être reconnaissant envers sa femme.

Ensuite, lisez ce qui suit.

Lorsqu’Avraham Avinou accueillit ses invités :

1. Il leur proposa de l’eau,

2. Il les installa à l’ombre,

3. Il leur proposa du pain,

4. Il s’empressa chez Sarah afin de lui suggérer un menu,

5. Il courut vers le troupeau et prit un veau tendre et bon,

6. Il le transmit à son fils pour le préparer,

7. Il prit de la crème et du lait avec la viande et les mit devant ses invités,

8. Il se tenait debout face à eux et se tenait à leur service.

Dans le lien ci-dessous, quelques directives pour votre mari [il y en a également pour les femmes. Cf. sur le site] :

http://www.torah-box.com/question/comment-plaire-a-sa-femme_12733.html

Vous écrivez :

« Bien sûr, le Chalom Bayit est plus important que tout, mais sur le long terme, je me demande bien comment une femme peut réussir à tenir toutes les casquettes ».

Réponse :

Vous avez absolument raison !

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Mékorot / Sources : Tour, Rambam.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN