De quoi parlent la lecture de la Torah et la Haftara du deuxième jour de Roch Hachana ? En quoi le mérite d'Itshak Avinou et de Rahel Iménou peuvent-ils nous protéger encore aujourd'hui ? En quoi est-il tellement important de donner de la tsédaka ? Dans cette mitsva, en quoi la qualité est-elle plus importante que la quantité ? Comment bien accomplir cette mitsva même lorsqu'on n'a plus du tout envie (ou la possibilité) de donner de l'argent car on a été submergé de demandes d'aide ?