La Paracha de Pékoudé parle de la manière dont Moché Rabbénou a construit le Michkan, mis en place tous ses ustensiles et érigé le Michkan. Et nous pouvons remarquer qu'elle accorde beaucoup d'importance au fait que Moché ait terminé le parvis ('Hatser) du Michkan - comme si elle considérait qu'avant cela, la construction du Michkan n'était pas finie. Pourquoi accorder autant d'importance à un élément qui semble n'être qu'un détail ? Le parvis n'est-il pas, en effet, qu'un moyen d'accéder au Michkan ? En quoi cela rappelle-t-il la grandeur spirituelle que l'on pouvait atteindre en allant au Michkan ou au Beth Hamikdach ? En quoi ces édifices protégeaient-ils des Avérot ? Cours offert avec l'aimable participation du site Kikar Hashabat.