A travers un passage du livre de Chemouel, ce texte explique pourquoi le Michkane, contrairement au premier et au deuxième Beth Hamikdash, n'a jamais pu être détruit.