La reine Elizabeth II connaît sur le bout des doigts les règles de l'étiquette royale. Et si on avait quelques conseils à lui piquer ?

Lorsque Katherine Middleton, une roturière (c’est-à-dire qui n’est pas noble) était sur le point de se marier avec le fils du prince d’Angleterre, la reine a tenu à lui enseigner les principes essentiels du dress-code d'une souveraine.

Cacher ses jambes ! 

La reine d’Angleterre ne tient pas compte des modes éphémères. Depuis qu’elle a été couronnée, elle ne porte que des robes et des jupes, dont la longueur se situe toujours en-dessous des genoux. Pourquoi ? Pour s’assurer, lorsqu’elle est assise, que ses genoux restent toujours couverts. Mais c’est également pour ne pas dévoiler ses jambes (en public, qu’elle soit assise ou debout). Un fashion faux-pas qui serait indigne de son rang ! Et pour éviter les caprices de la météo, ses couturiers ont pour consigne… de coudre des petites billes de plomb dans l’ourlet de ses jupes, pour ne pas que celle-ci se soulève en cas de coup de vent et ne dévoile ses jambes royales !

Des collants par tous les temps

Autre règle à laquelle aucune femme de la famille royale ne peut esquiver : le port des collants. Eté comme hiver, le port des collants est exigé et celui-ci peut être noir ou de couleur chair.

Belle jusqu’au bout des ongles

Si le vernis est autorisé, il y a cependant quelques consignes à respecter. Les teintes claires (comme le rose, le nude) seront acceptées, mais exit les rouges, les couleurs flamboyantes et autres teintes trop sombres. Une femme royale doit toujours être chic et élégante et les couleurs trop marquées ne l’embellissent pas, au contraire.

Bye, bye le jean

Les futures princesses et duchesses ont reçu pour instruction de ne pas porter de vêtement en jean, qui ne convient pas à la noblesse anglaise. Ce tissu (une toile en réalité) était à l’origine utilisé pour fabriquer des tenues de travail pour les ouvriers et les cowboys qui s’occupaient des fermes américaines. Même si, au cours des années, le port du jean s’est banalisé dans les rues, la famille anglaise tient plus que tout à se distinguer en affichant un style vestimentaire toujours apprêté.

Don’t touch !

Lors d’un voyage officiel d’un chef d’Etat à la rencontre de la reine d’Angleterre, les conseillers des présidents qui préparent minutieusement ces rencontres insistent sur une règle d’or : il est interdit de toucher la reine ! Pas de poignée de main ou de bise. La reine n’est pas une personne comme les autres, et même le Président d’un pays puissant sait qu’il doit se tenir devant elle avec une certaine distance. Cela témoigne du respect qu’elle inspire.

Noblesse intérieure

Dans les derniers versets de Michlé, Chlomo Hamélèkh décrit les qualités d’une Echèt ‘Hayil (une femme vaillante) et emploie les mots : “Oz Véhadar Lévoucha” (“elle s’habille de vêtements empreints de force et de majesté” - Michlé 31,25). En effet, les vêtements de la femme de valeurs sont honorifiques et témoignent d’un goût raffiné. Et lorsque l’on est une femme juive, on combine le tout avec le respect des exigences de la Torah, pour créer une harmonie parfaite. Et que celles qui éprouvent parfois quelques difficultés à accorder le tout se rassurent : nos Sages nous enseignent que si une personne fait cet effort afin de se conduire de manière noble, elle reçoit une aide du Ciel.

Intemporelle

Si vous trouvez qu’il y a beaucoup de règles à suivre quand on devient membre de la famille royale, n’oubliez pas que la reine d’Angleterre gouverne son royaume depuis… 62 ans. Et personne d’autre qu’elle ne bénéficie d’une telle popularité et admiration auprès de ses sujets.

Alors, imaginez quand on est la fille du Roi des rois (comme vous, comme moi). Notre prestige est encore plus grand que celui d’une reine d’un pays. Parce que nous sommes les filles d’Israël et que chacune d’entre nous a cette noblesse incroyable en elle.

Et lorsqu’on s’habille en respectant le dress-code de la Tsni’out, quel respect on crée dans ce monde et dans les cieux ! Et c’est ainsi que les saisons et les modes peuvent passer et se faner, mais nous, nous resterons toujours des princesses admirées et jamais démodées !

Béhatsla’ha à toutes !