Jusqu'à Hocha'ana Rabba, nous pouvons améliorer ce qui a été décidé pour nous à Roch Hachana. D'où la nuit d'étude organisée à cette date. Peu après le jour de Hocha'ana Rabba vient celui de Sim'hath Torah. En ce jour, nous lisons la Paracha de Haazinou, dont les trois derniers mots font (comme l'explique Rachi) allusion à la brisure des Lou'hoth (Table de la Loi). Pourquoi terminer la Torah sur une touche si pessimiste ? En quoi la cassure de ces tables, fabriquées par Hachem Lui-même, nous aide-t-elle à prendre conscience de la gravité de la faute ? En quoi nous aide-t-elle par conséquent à faire téchouva et à nous améliorer dans notre service d'Hachem ? Et en quoi nous aide-t-elle enfin à réaliser de l'immense portée d'une mitsva, surtout lorsqu'elle a été faite avec efforts ? Selon le Rav 'Haïm Ya'acov Rottemberg zatsal, en quoi la brisure des Lou'hoth est-elle si positive ?