Aujourd'hui à Paris
06:30 : Mise des Téfilines
07:33 : Lever du soleil
12:34 : Heure de milieu du jour
17:34 : Coucher du soleil
18:20 : Tombée de la nuit

Paracha Lekh Lékha
Vendredi 30 Octobre 2020 à 17:14
Sortie du Chabbath à 18:20

Hiloulot du jour
Ra'hel Iménou (Notre Matriarche Rachel)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

'Hallot sucrées : Motsi ou Mézonot ?

Rédigé le Dimanche 31 Janvier 2016
La question de Ouriel P.

Chalom Rav,

Si on se retrouve avec des 'Hallot sucrées, devrons-nous faire la Brakha de Hamotsi ou celle de Mézonote ?

Merci !

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
22679 réponses

Bonjour,

Nos Sages ont fixé une Brakha différente pour chaque type d'aliment.

Pour le pain, la Brakha est "Hamotsi Lé'hèm Mine Haarets".

Pour les gâteaux [et pour certains aliments à base de farine], la Brakha est Mézonot.

Le pain est l'aliment de base dans un repas. Il accompagne tous nos repas.

C'est l'aliment choisi pour être accompagné de tout ce que l'on consomme lors d'un repas. D'ailleurs, il suffit de réciter sa Brakha pour acquitter les autres aliments.

Généralement, les gâteaux ne sont pas consommés en tant que repas. On en consomme pour briser, momentanément, sa faim ou tout simplement par gourmandise.

Un pain ou une Pitta légèrement sucrée, ayant une saveur douce, n'est pas un gâteau. Sa Brakha reste Hamotsi.

La preuve est qu'ils sont utilisés pour en faire des sandwichs garnis de fromage, de thon, de salades fraîches ou de charcuterie.

Les 'Hallot "douces" ou "sucrées" sont servies durant les repas du Chabbath. Donc, ce ne sont pas des gâteaux. Leur Brakha est donc Hamotsi.

Cet argument est mentionné clairement à plusieurs reprises dans les écrits de nos maîtres.

Voir :

- Biour Halakha, chapitre 168, Halakha 17, passage "Passtéda",

- Michna Broura, chapitre 168, passage 23,

- Beth Yossef, chapitre 168, passage "Lo Kav'ou 'Hakhamim Lévarekh Hamotsi Véchaloch Brakhot... Ela Bélé'hèm Chédérèkh Bné Adam Likvo'a 'Alav..."

- Kessef Michné sur Rambam, Hilkhot Brakhot, chapitre 3, Halakha 9.

- Le Rav Moché Chaoul Kleïn a écrit un livret à ce sujet. Toutes ses paroles sont aussi claires que de l'eau limpide. [Un Talmid 'Hakham a commenté ses arguments mais, personnellement, je n'oserai jamais mettre par écrit ce qu'il s'est permis d'écrire. Je n'ai pas analysé l'entité de ses remarques, mais le peu que j'ai lu a suffi pour que j'abandonne ma lecture.].

Tel est l'avis de :

- Rav Meir Mazouz,

- Rav Chlomo Ma'hfoud,

- Voir également Rav Moché Lévy dans Or Torah [Téveth 5753], pages 243-265 et dans Birkat Hachem, volume 2, pages 188-207.

- Je me suis rendu personnellement chez le Rav Chlomo Amar, il a confirmé explicitement ce qui vient d'être dit.

- Voir Halakha Broura, volume 8, pages 436-437 et à la fin du livre : Otsrot Yossef, question 10 : c'est assez intéressant.

- Voir Rav Elazar Niddam dans Dvar Halakha page 50 à propos des "Petits pains Mézonot".

- Voir Rav Chmouel Pin'hassi dans Min'hat Chmouel, volume 1, question 11, page 74.

Je ne pense pas qu'il existe une maîtresse de maison qui servirait une 'Halla "douce" accompagnée de thé ou de café à ses invités, un Chabbath après-midi.

Pour que la Brakha de la 'Halla "douce" ou "sucrée" soit Mézonot, il est indispensable que le goût soit très prononcé et que l'intensité du goût "sucré" dérange la consommation d'un tel pain avec des plats salés. Voir 'Hazon Ich rapporté dans Or'hot Rabbénou, volume 1, pages 79 et 80 : "Chéyiyé Ta'am Ta'im Chel Mézonot, Chébné Adam Mit'angim 'Al Zé Véokhlim Ete Zé Kémézonot".

Ce n'est jamais le cas pour la plupart des 'Hallot sucrées commercialisées.

Ceci est valable pour les Séfaradim et les Ashkénazim.

Selon Rav Ovadia Yossef dans Yabi'a Omer, volume 10, Ora'h 'Haïm, question 18 et dans 'Hazon Ovadia sur Tou Bichevat, la Brakha des 'Hallot sucrées est Mézonot, mais je pense qu'il s'agit de 'Hallot ayant un goût sucré très prononcé. Voir Rav Chalom Messas dans Chémech Oumaguène, volume 2, page 319, passage Vé'hozrani.

Selon Rav Bentsion Aba Chaoul dans Or Létsion, volume 2, chapitre 12, Halakha 4 : la Brakha des 'Hallot "sucrées" est Mézonot à condition que le goût soit bien reconnaissable [Chémargich Mamach Ete Métikout Hassoukar Chéirev Baïssa] et pas uniquement différent d'une 'Halla classique.

Certaines autorités rabbiniques permettent aux commerçants d'afficher la Brakha Mézonot pour certains des aliments précités [la plupart d'entre eux sont d'accord pour affirmer qu'il est vraiment préférable de les consommer dans un repas de pain].

Chacun est donc libre de faire ce que bon lui semble.

Important !

Même si l'on admet que la Brakha d'une Pita ou d'une 'Halla "douce" ou "sucrée" est Mézonot, il est obligatoire de réciter la Brakha Hamotsi si l'on en consomme une quantité supérieure au volume de 4 œufs : 230 centimètres cubes. Le volume d'un verre jetable en plastique est équivalent à 180-200 centimètres cubes.

Bien entendu, dans une telle éventualité, il faut faire au préalable Nétilat Yadaïm avec Brakha et ne pas oublier de réciter le Birkat Hamazone.

D'après certains décisionnaires, c'est le poids qui est pris en considération : 230 grammes. Mais, comme nous l'avons vu précédemment, c'est une attitude assez permissive.

J'aurai tellement souhaité développer davantage la réponse à cette question, mais je ne dispose pas du temps nécessaire pour cela.

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN